Les 5 règles d’or du transport d’œuvres d’art

Les 5 règles d’or du transport d’œuvres d’art

24/03/2021 Non Par Contributor

Au sens large, une œuvre d’art englobe tout travail de nature artistique. Le terme est souvent utilisé par : les musées, les galeries d’art et les conservateurs du patrimoine culturel, y compris les collectionneurs. Une œuvre d’art vaut une fortune, d’où son importance. D’ailleurs, le marché de l’art ne cesse de se développer. De nombreux clients sont dans l’obligation de transporter leurs objets d’art à travers le monde. Étant une marchandise très fragile, le transport reste très complexe. De ce fait, la nécessité de connaître les règles strictes concernant le transport de ce type d’objet est primordiale. Le but étant de s’assurer que les œuvres ne soient pas détériorées durant le trajet.

Règle n°1 : bien emballer l’œuvre d’art

Le risque d’accident est très fréquent pendant le transport, d’où l’intérêt d’un bon emballage. La préparation de l’emballage peut être effectuée par des spécialistes du transport d’œuvres d’art ou vous-même.

Dans tous les cas, il est important que l’emballage présente les caractères suivants :

  • Résistant aux chocs, aux déformations, aux perforations, à l’humidité ;
  • Doté d’un rembourrage et d’un calage interne pour que l’œuvre reste immobile.

Règle n°2 : sélectionnez le moyen de transport

C’est une étape majeure pour assurer la protection des œuvres d’art. L’idéal est de demander conseil auprès de spécialistes afin de faire le bon choix.

La nature et la dimension des objets à transporter doivent également être prises en considération, sans oublier la distance à parcourir.

Parmi les moyens de transport à votre disposition, on peut citer :

  • La voie terrestre : il faut des véhicules appropriés et qui respectent les normes de transport des œuvres d’art en vigueur ;
  • La voie maritime : le bateau est sans aucun doute le moyen de transport le moins rapide, mais le plus économique pour transporter les objets d’art et encombrants ;
  • La voie ferroviaire : c’est une option à ne pas écarter ;
  • La voie aérienne : il suffit juste de choisir un vol qui aura moins ou aucune escale pour éviter les risques de dommages.

Règle n°3 : recourir à un manutentionnaire expérimenté

La manutention désigne toutes les opérations effectuées pour assurer le déplacement et l’installation d’une œuvre d’art. Elle peut être manuelle ou mécanique.

D’abord, sachez qu’il y a des objets d’art très fragiles tels que la peinture. Il y a aussi ceux qui sont lourds et volumineux comme la sculpture. Pour conserver la valeur de ces œuvres, le travail d’un manutentionnaire exige un savoir-faire et des équipements spécifiques. Pour assurer l’acheminement d’une œuvre d’art, dans les meilleures conditions possibles, confiez-le à un manutentionnaire expérimenté.

Règle n°4 : respectez les conditions de stockage

Parfois, le trajet est interrompu par un événement inhabituel, obligeant le transporteur à placer les objets d’art dans un magasin spécialisé ou un entrepôt. Bien que ce soit une situation courante, vu la valeur des objets, le stockage est une opération délicate. De nombreuses exigences s’avèrent nécessaires pour le magasinage :

  • Un entrepôt qui répond aux besoins des œuvres (non humide, propre…) ;
  • Un entrepôt sécurisé pour éviter les tentatives de vol.

Règles n°5 : suivez les formalités des « beaux-arts » et douanières

Le déplacement d’une œuvre d’art peut se faire autant au niveau national qu’international.
Dans le cas d’une sortie à l’international, des formalités doivent être suivies à la lettre.

  • La formalité auprès de la douane (déclaration des marchandises et le dédouanement) ;
  • La formalité auprès du ministère de la culture.

Il est conseillé de souscrire un contrat d’assurance pour protéger les objets d’art contre les risques de dommages.

Des professionnels pourront vous accompagner durant les démarches pour vous faciliter la tâche.